Le meuble béarnais

Le meuble béarnais se compose d’une multitude de formes, de natures de bois et de sculptures.

Page Facebook de l’Office de tourisme.


C’est en 1730 qu’apparaissent les premiers grands meubles béarnais. L’arrivée du maïs, l’industrialisation avec des routes modernes, l’exploitation forestière et le commerce font du Béarn une région en plein essor économique et démographique. Le béarnais voyage et ramène de Paris des meubles de bois précieux, des sièges d’une exquise élégance, des vases de Sèvre, des salons Régence et des bureaux Louis XV. Ces meubles permettent aux ébénistes béarnais d’évoluer dans leurs modèles et techniques.

Ainsi le meuble béarnais surprend par la diversité de ses formes, de ses sculptures, de ses bois... et connait son apogée au XVIIIème siècle et début XIXème.

Toutefois , il ne se développera pas de manière uniforme mais de manière continue. Plusieurs “ coins ” du Béarn développeront leur propre style. Chaque ville sera marquée par différents événements de tout ordre qui permettront aussi bien le développement particulier de son mobilier que de son déclin.
En Béarn, il y a eu des « écoles » et des styles différents : on peut ainsi distinguer les meubles de Monein, de Morlàas, d’Orthez, d’Entre-les-Deux-Luys, de Salies-de-Béarn et enfin les meubles de montagne…


Le décor a une prédilection pour les ondulations, les formes flexibles et les cassures abruptes. Les motifs tracés ou sculptés sont très caractéristiques : la marguerite, la fleur de lys, de nombreux emblèmes religieux (calice, chrisme, sacré-eceur) et païens (soleil, étoile à six branches). Très peu de représentations humaines.
Le meuble béarnais est très massif et raffiné. Il fait quelques emprunts au style Louis XV et affectionne les fleurs de lys.

Les armoires comportent un large tiroir à la base ; la traverse inférieure est fortement moulurée ou chantournée ; les pieds galbés ou en boule, rarement droits. On trouve souvent une petite armoire assez particulière à une seule porte ornée de rosaces (vallée de la Soule) ou de la croix de Malte (Béarn) creusées profondément dans le panneau. Ce sont, en général, des cadeaux de mariage : sur les plus anciennes, le nom des époux et la date de la cérémonie sont gravés sur un côté du meuble.

Les buffets sont à deux corps, séparés par une ceinture à deux tiroirs. La corniche est souvent surmontée d’un fronton. Les buffets-vaisseliers sont plus typiques. Le corps du bas comporte le plus souvent trois portes surmontées de trois tiroirs. Le vaisselier proprement dit est encadré de deux petites armoires sur toute la hauteur et surmonté d’une corniche chantournée.

Le style de Monein se démarque par le désir de libération des menuisiers moneinchons. L’armoire aux chevaux en est l’exemple avec des décors faits de fleurs, de frondaisons et du cheval, symbole de liberté. La plupart des meubles de Monein du XVIIIème étaient polychrome avec des motifs peints en vert, rouge et bleu.

Découvrez le site de "L’Ostau deu moble bearnés"



A voir également :

Les jeux de quilles : Jeux traditionnel béarnais

Les cagots : un mystère en Béarn : Les personnes exclues des villages béarnais